BIOGRAPHIE

Mathilde Duval-Laplante est née à Québec de parents chanteurs lyriques, Bruno Laplante et France Duval. Elle a une soeur aînée, Rosemarie Duval-Laplante, qui est pianiste.

En 2001, ses parents l’initièrent à la scène et au chant classique, en plus de l’inscrire à des cours de piano, à l’instar de sa soeur. Ils formèrent ainsi un quatuor vocal, la Famille Laplante-Duval, et firent leur première production ensemble au Capitole de Québec, chantant des airs classiques, des chansons et du music-hall, les deux petites aimant particulièrement les airs des films de Walt Disney.

 

Centraide fév. 02.jpg
La famille Laplante-Duval en 2001.

L’année suivante, en plus d’autres concerts, la Famille Laplante-Duval enregistra Une famille en harmonie, leur premier album studio. Mathilde tourna cette année-là une publicité pour les 25 ans de la Charte de la Langue française, interprétant un extrait de La langue de chez nous d’Yves Duteuil, réalisée par Francis Leclerc.

C’est en 2003 que Mathilde fit son entrée au Conservatoire de musique de Québec dans la classe de piano de Gérald Lévesque, en plus de prêter sa voix pour une publicité de la Fondation de l’hôpital Ste-Justine, auprès de Céline Dion par montage.

Les tournées de concert se succédèrent, dans les églises du Québec, aux Îles-de-la-Madeleine, à Rimouski, puis dans quatre villes japonaises en 2004. La petite Mathilde était charismatique, aimant se déguiser et faire rire le public. La famille fut invitée à représenter le Québec à la commémoration des 60 ans de la fin de la Deuxième Guerre mondiale à Bonlieu-sur-Roubion, dans la Drôme provençale, lors d’un festival de musique estival.

2004 Tokyo 13 déc. 2004 .jpg
La famille Laplante-Duval à la sortie d’un concert à Tokyo, au Japon, en 2004.

Mathilde et sa famille donnèrent plus d’une dizaine de représentations de Chantons Noël à l’Impérial de Québec et aux théâtres St-Denis et Gesù de Montréal en 2006 et 2007. En plus des concerts familiaux et de ses études en piano, Mathilde poursuivait une scolarité tout à fait normale.

_MIC7343.JPG
Rosemarie et Mathilde en 2006 lors de Chantons Noël, au Théâtre Impérial de Québec.

À l’occasion du 400e anniversaire de la ville de Québec, elle gagna un concours de chant pour enregistrer et interpréter à diverses occasions la chanson-thème de la commission scolaire de la Capitale, accompagnée de la chorale des Petits chanteurs de Québec. Ce fut une incursion significative dans la chanson populaire qui la marqua beaucoup. Elle rentra au Collège Jésus-Marie de Sillery à la fin de cette année-là.

DSC_0121.jpg
Mathilde lors de la promotion du simple Québec 400 ans en conférence de presse.

Le quatuor vocal fit une tournée en France en 2009, avec un répertoire religieux et plus classique vocalement. Puis l’année 2010 marqua les dernières productions familiales, les filles ayant grandi et désirant voler de leurs propres ailes. Une dernière tournée dans l’Ouest canadien au festival de cinéma de Vancouver eut lieu au printemps de cette année-là.

260531_109686049123119_2763879_n.jpg
À St-Paul-de-Vence, après le concert de musique sacrée donné à La Chapelle Matisse,           en 2009.

En 2011, Mathilde décida de quitter le conservatoire, au même moment où sa soeur quitta le quatuor vocal, toutes deux fortes de l’expérience gagnée au fil des ans. Mathilde fut alors choisie pour interpréter la jeune soprano dans Triptyque, film réalisé par Robert Lepage et Pedro Pires.

1235448_511748135583573_1961099407_n.jpg
Mathilde et Robert Lepage, pendant le tournage de Triptyque, en 2011.

Au secondaire, elle s’impliqua dans les causes humanitaires et sociales, s’intéressant de près à la justice et aux droits humains. Confondue dans ses choix, Mathilde fit un échange linguistique à Madrid, en Espagne, afin de prendre du recul, à savoir si elle voulait faire des arts de la scène une profession. Son voyage la révéla à elle-même sur son besoin d’authenticité, de vérité et de défis.

À la fin de son passage à Jésus-Marie, ne se reconnaissant pas dans le regard des autres, elle créa de toutes pièces son premier spectacle, dans lequel chaque chanson représentait une étape de la vie d’une femme, inspirée de la sienne. Les chansons, tirées du répertoire de la francophonie, était ré-arrangées avec des sonorités électroniques. Le spectacle fut un succès et les profits furent remis à la Fondation Rêves d’enfants.

601366_412819762143078_1699267746_n.jpg
Mathilde pendant le numéro de My heart belongs to daddy, durant Regards.

Mathilde fit des études collégiales en histoire, désirant vivement mettre ses projets artistiques de côté pour quelques temps pour vivre normalement comme une fille de 17 ans. Cette période fut très enrichissante. Elle créa un deuxième spectacle, jouant davantage de rôle de directrice artistique et de metteur de scène, mettant de l’avant de jeunes artistes de la ville de Québec, le tout au bénéfice de Jeunes musiciens du monde. Elle mit aussi sur pied un journal étudiant en ligne, appelé La Salle des Nouvelles.

De plus en plus sûre de ses choix, Mathilde décida de donner un nouveau souffle à sa carrière artistique. S’intéressant de plus en plus à la chanson, elle prit une année sabbatique après avoir obtenu son diplôme durant laquelle elle s’installa à Londres durant sept mois. Elle eut l’occasion de suivre des cours de théâtre et de travailler avec des artistes britanniques à la réalisation d’un portfolio de photographies.

IMG_0953.jpg
Mathilde à Londres en décembre 2015 – Metro Photography

Cette nouvelle aventure lui révéla que la composition musicale et vocale était sa voie créatrice la plus forte. Dès lors, Mathilde produisit l’EP Génération décolorée ainsi que le simple Ophélia, ayant composé paroles et musique et dirigé les arrangements électro-pop de son collaborateur Gabriel Essiambre. Elle s’est aussi produite sur scène avec des musiciens : ils ont entre autres remporté la 3e place nationale du concours international de groupes de musique de la relève Emergenza en 2018, une performance donnée au Métropolis de Montréal.

L'Astral
Le groupe après le second tour à L’Astral de Montréal.

Souhaitant approfondir ses connaissances de l’écriture musicale, Mathilde étudie présentement la composition à l’université de Montréal et a repris ses études en chant auprès de Marie-Danielle Parent. En novembre 2018, à l’occasion du 100e de l’Armistice, Mathilde, sa soeur Rosemarie et le pianiste Jean-Michel Dubé ont donné un concert thématique sur la Première Guerre mondiale au musée de la civilisation de Québec. En plus d’y chanter, Mathilde signa la mise en scène qui incluait la lecture de lettres de soldats.

IMG_0244
Musique et correspondances de la Première Guerre mondiale.

La même année, elle fut aussi l’une des solistes de la production Valses de Vienne, dont sept représentations furent données avec orchestre, choeur et danseurs originaires de la capitale autrichienne. Mathilde y a interprété Les voix du printemps de Strauss. À l’heure actuelle, elle vise à produire son premier album complet d’ici 2020, désirant faire l’amalgame des univers sonores dans lesquels elle a baigné jusqu’ici.

Mathilde_Valses de Vienne_Nov 2018
Les voix du printemps, J. Strauss (fils).
47324585_10157899856643056_5235628252663382016_n
Les artistes de la production Valses de Vienne, Le Capitole de Québec.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s